Bilan 1 an et 12.000 km en Mazda MX-5 ND 2L

Voici mon bilan sur la Mazda MX-5 après plus de 12.000km parcourus en 1 an (reçue le 16/9/2016)… Il s’agit de la MX-5 ND 2 litres Sport Recaro (correspond à la finition « sélection » en France), sur laquelle j’ai monté le kit ressorts courts Eibach version USA (-2/-3cm).

Le plus impactant est la facilité d’utilisation (conduite, parking, manœuvres, vision, capote…), sa légèreté et agilité, sa douceur (moteur, transmission, commandes), sa faible consommation (je tourne à 6,2 – 6,4L/100km de moyenne actuellement) et le grand bonheur qu’elle procure!

Après de nombreuses années passées à rouler (trop) fort en voiture et à moto, j’arrive (enfin!) à rouler plus tranquillement avec la Mazda. Aussi étrange que cela puisse paraitre, c’est une grande victoire pour moi! Cela explique bien entendu la consommation moyenne très basse. Je conduis néanmoins dynamiquement en courbe, mais je suis doux avec la mécanique, avec tout de même quelques hauts régimes de temps à autre!

Sur ce modèle équipé des suspensions sport Bilstein, le confort et la tenue de route d’origine peuvent être nettement améliorés par la pose de ressorts Eibach, ce que j’ai fait le 9/10/2016, 3 semaines après l’achat de ma voiture.

Mais d’origine ou modifiée, la Miata préfère la conduite sportive coolée au pilotage hargneux. Il est recommandé de gérer les transferts de charge avec finesse (frein, volant, accélération). Les freinages de trappeur sont à tempérer. La voiture est légère, courte, équipée de pneus de largeur raisonnable et conçue pour le fun aux allures raisonnables plus que pour les hautes vitesses. Si on tient compte de cela, le bonheur est grand et on peut tout de même rouler à belle allure dans les montagnes!

Le confort avec le kit Eibach USA est excellent pour une sportive et l’hydraulique des amortisseurs Bilstein peut alors distiller toutes ses qualités. Les ressorts d’origine sont à mon avis quelque peu inadaptés aux Bilstein…

Ainsi modifiée, la MX-5 devient une formidable GT, sur tous types de routes! Des beaux billards aux pires routes défoncées, elle se comporte fort bien, même si évidemment elle n’atteint pas le confort d’une Renault Megane de base sur les mauvais revêtements. Mais pour une sportive et pour le toucher de route qu’elle offre, le confort est vraiment très correct!

C’est un plaisir incommensurable que de balancer cette petite auto de gauche à droite dans les virolos, autant en mode pépère qu’en arsouille. Quel équilibre! Quelle légèreté! Et les trains roulants sont de bonne facture: ils acceptent un bon « stress » sans défaillir, comme par exemple une bonne vitesse sur revêtement dégradé sans soucis de stabilité particulier. La direction est souple et précise, mais j’étais au départ un peu dérangé par la tendance de l’arrière à « enrouler »: il faut en effet débarquer légèrement peu après l’inscription car le train arrière entraine un léger sur-virage. Beaucoup de gens aiment cela, mais ce n’est pas trop mon style. Je m’y suis néanmoins complètement habitué.

Son châssis n’a pas le niveau d’une Porsche moderne, bien entendu, mais elle coûte 3 à 5 fois moins cher et offre une conduite plus relaxante. Il suffit juste de rouler un peu moins agressif, un peu moins vite, un peu moins « fort ». Je ne suis pas un drifteur donc je ne peux pas donner mon avis sur cet aspect (il parait que la Miata est douée pour ça). Je suis plutôt du genre pilote aux trajectoires millimétrées, grip, finesse, précision… :)

La boite courte (6 rapports, mécanique) est un régal: ainsi, j’utilise la 3e et 4e là où j’étais en 2 et 3 sur ma Porsche. La 4e « monte aux arbres » sur un filet de gaz même à 2.500 tr/mn. Du coup, je mets rarement la 2e (sauf dans les épingles vraiment serrées). Notez que la 1,5L a le même rapport final et donc la boite parait bien plus longue, avec 150Nm de couple contre 200Nm sur ma 2L.

Le moteur, que j’utilise souvent sur le couple donc dans sa phase « silencieuse », peut aussi monter dans les tours et changer de registre. Le SON métallique et les aspirations d’admission donnent alors le ton et les 160ch alliés à l’excellente boite 6 et à la légèreté propulsent la voiture sans faillir. Il faut juste penser qu’il ne s’agit que d’un 2 litres atmo et donc rétrograder pour être au moins à 4 ou 5.000 tr/mn si on veut accélérer vigoureusement.

Les freins sont dosables, pas sur-assistés (c’est bien, sur une sportive, car cela permet de mieux doser) et suffisamment endurants pour un usage dynamique en montagne (je n’ai pas dit rouler comme en rallye et n’ai pas testé sur circuit). Pas de sifflement.

La vie à bord est agréable, pour toutes les raisons évoquées ci-dessus et aussi grâce à l’équipement complet et de qualité. Par exemple les phares à LED rotatifs en courbe permettent de rouler en montagne de nuit comme en plein jour. Il suffit que je reprenne ma Corvette C7 (sans phares rotatifs) pour me rendre compte que l’éclairage de la Mazda est top! Il y a aussi les nombreux paramétrages possibles via l’écran central, qui permettent à chacun d’adapter les détails de la MX à ses préférences (fermeture automatique des portes, éclairage « home », etc). Le coffre est éclairé et un interrupteur permet de désactiver cette lampe (petit détail rare et que j’adore)… bref, une japonaise bien conçue et bien réalisée!

Deux mois après la réception de ma Mazda, j’ai vendu mon fourgon et j’ai donc commencé à utiliser la MX-5 en usage « utilitaire » pour faire les courses au supermarché, aller au club de kayak et tout le reste. J’ai constaté qu’elle est très efficace et agréable au quotidien, même dans les bouchons (où elle ne consomme rien, est très douce et offre une bonne qualité audio pour patienter), dans les parkings sous-terrains d’hypermarchés, en ville, sur route ou autoroute… Elle sait tout faire! Il faut néanmoins composer avec la faible taille du coffre, mais seul à bord, j’utilise alors le siège et le sol passager pour y mettre mes achats. Je pose une serviette de protection sur le siège et le tour est joué.

Pour moi, le seul vrai défaut indiscutable de la Mazda MX-5 ND est son coffre trop petit et à l’ouverture étriquée. Les autres défauts sont à mon avis des broutilles: pas de rangement dans les portières, boite à gants située entre les 2 sièges sur l’arrière, vitres qui ne remontent pas automatiquement lorsqu’on décapote/recapote, léger bruit de transmission quand on roule capoté, boutons multimédia que l’on accroche parfois sans le vouloir avec le bras, sièges au réglage distance/hauteur couplé, manque de radar de parking à l’avant, feux arrière allumés de jour. Je pinaille! :)

A noter que le frein à main parfois jugé défaillant est très efficace sur mon modèle construit en 08/2016. De même, la capote qui touchait les arceaux sur certains des premiers exemplaires est à une distance raisonnable sur la mienne.

 

Le verdict

La Mazda MX-5 ND 2L Recaro est très agréable à vivre dans presque toute les situations (il ne faut pas se lancer dans un déménagement avec!) Si on oublie le coffre trop petit, plaisir de piloter cheveux au vent, facilité, agilité, économie, compromis sport/confort, qualité de fabrication…tout est là pour le bonheur!

Quand à son état de conservation après 1 an et 12.000 km, il est est excellent. Je n’ai qu’un petit éclat de peinture sur le pare-chocs avant et un aussi sur une jante. Les gravillons! Entretenue avec un detalling maison à la cire, je trouve qu’elle supporte bien le temps qui passe. Elle dort au garage, bien entendu, mais je la laisse souvent au soleil pour mes balades à pied en montagne ou le kayak… L’intérieur est comme neuf malgré le fait que je roule toujours capote ouverte. La consommation d’huile est tout simplement insignifiante sur 10.000 km (non mesurable). Aucun soucis à signaler.

Plus d’un an après l’avoir reçue, je l’aime toujours autant et cela signifie que cette voiture est réellement adaptée à ma personnalité et qu’elle est très attachante. 🙂

 

Voici une galerie de 16 photos pour fêter la première bougie de ma MX-5 ND:

MX5 divers 25-09-2017

 

Lisez l’article suivant: « Ma notation du plaisir en Corvette C7 vs Porsche 981 GTS vs Mazda MX-5« .

 

— Article #M19# —

2 commentaires sur “Bilan 1 an et 12.000 km en Mazda MX-5 ND 2L

Laisser un commentaire et/ou s'abonner (tutoiement recommandé)