Garage, outils, pont élévateur…

Je vous présente mon garage/atelier personnel. Il s’agit d’un garage double (en largeur), fermé mais dans un garage commun de 16 places situé à 80m de mon appartement à Tenerife. Acheté fin 2011, j’ai peu à peu apporté de nombreuses améliorations: pont élévateur intégré au sol, électricité 220v 32A depuis mon appartement, Internet, rangements, murs et plafond refaits, ventilation, déshumidificateur et bien entendu achats d’outils complémentaires afin de pouvoir travailler sur mes véhicules (auto/moto/fourgon).

J’ai un 2e garage, dans les communs, à 5m du premier, qui est non clos mais équipé d’une armoire métallique au fond. J’y mettais mon fourgon et depuis l’automne 2016, c’est la Mazda MX-5 qui y dort…

Voici l’aspect du garage avant les grosses améliorations:

garage original

Le « mur » de droite était en bois en bas et en grillage en haut. Au-dessus de la porte, un simple grillage. Les bonnes choses: une porte piéton, un établi solide, un sol partiellement carrelé, un plafond très haut (env. 3,50m). Sur la photo ci-dessus, j’avais déjà peint le plafond, ajouté 2 néons et des étagères…

 

Je me débrouillais pour mettre ma voiture sur 4 chandelles pour travailler:

cayman sur 4 chandelles

 

1 – Pont élévateur à ciseaux intégré dans une fosse (Mars 2015):

C’était un vieux rêve pour moi, qui bricole sur mes véhicules depuis plus de 30 ans!

J’ai acquis un pont à ciseaux chez CNO (France) en version 1,08m de large:
– Pont: 1.036 euros hors taxes;
– Transport France – Canaries jusque chez moi: 715 euros;
– Taxes aux Canaries: 144 euros.
Total: 1.895 euros.
CNO m’a trouvé un transporteur car pour ma part, j’arrivais à des frais de port ahurissants. Les 715 euros pour 450kg sont un cadeau. Ayant récemment envoyé 2 pneus pour 24kg, les privés me demandaient 300 euros mini et la Poste espagnole « seulement » 146 euros.

J’ai fait creuser une fosse de 28-30cm de profondeur pour y intégrer le pont, recouvert par 5 tôles permettant de rouler dessus. L’obligation de manœuvrer en biais pour entrer/sortir de mon garage et le manque de place m’interdisaient de mettre simplement le pont sur le sol.

– Fosse: 950 euros (matériel et mains d’œuvre) avec aussi carrelage de la partie qui en manquait;
– Tôles sur mesure et renforts: 250 euros.
Total pont + fosse + tôles: 3.095 euros.

Voici une galerie de 19 photos commentées sur le pont et les travaux de la fosse:

Pont élévateur 12-02-2017

 

2 – Mur côté droit, plafond refait, étanchéité insectes, ventilation, électricité 25A:

Fin décembre 2015, j’ai demandé à mes 2 maçons de remplacer le vilain mur en bois et grillage par un vrai mur en agglo et de mettre un crépi anti-humidité au plafond et sur ce nouveau mur. J’ai moi-même réutilisé les panneaux en bois laminé blanc pour fermer le haut de la porte et installé l’éclairage. J’ai aussi peint murs/plafond et fabriqué une ventilation mécanique, aspirant l’air dehors (je suis heureusement près de la sortie commune) et la refoulant dans le garage commun via 2 bouches dans le nouveau mur. J’ai mis 4 ventilateurs, dont 3 sont commandés par une horloge pour ventiler quelques heures chaque nuit. Je mets le 4e en marche lorsque je fais de la peinture ou d’autres travaux demandant une bonne aération. Je me suis organisé afin qu’au final, mon garage soit 100% étanche aux insectes (les cafards sont courant à Tenerife à cause du manque de période froide).

La puissance électrique limitée (7A) du garage commun ne permet pas de faire fonctionner le pont élévateur dont la pompe hydraulique demande 16 voire 25A en pic au démarrage. J’ai utilisé une rallonge électrique volante depuis un placard commun situé à 50m durant l’année 2015, puis en Février 2016, j’ai fait tirer un câble de 80m depuis mon appartement jusqu’au garage. Ce n’était pas évidement car il me fallait l’autorisation du syndic (100 appartements) et résoudre les soucis techniques tels le passage sous l’allée carrelée, passer de l’allée au garage sous-terrain, réussir à ajouter 2 fils de bonne section dans la gaine entre mon 2e étage et le rez-de-chaussée, etc. Nous avons heureusement utilisé la canalisation hébergeant l’éclairage commun de la résidence pour la longue ligne droite sous l’allée.

Cela n’a pas été facile mais avec une équipe de bons pros (électriciens et mes maçons habituels) et avec pas mal de sueur, nous y sommes parvenus! Le 11 février 2016, j’avais enfin le 220v « de puissance » (25A) dans le garage et le pont fonctionnait parfaitement.

J’ai profité de ce câble privé pour faire venir Internet de mon appartement jusqu’au garage, avec 2 boitiers CPL Devolo (dLAN 200 AVpro WP II Starter kit). J’ai opté pour la gamme pro, limitée à 200Mb mais plus fiable et paramétrable si besoin. Cela fonctionne parfaitement et après 1 an d’utilisation, je n’ai jamais eu de problème ni coupure. Internet me permet d’accéder à Google et donc aux informations parfois utiles quand on travaille sur la voiture (notices, forums, vidéos, tutos…). Etant informaticien de métier, j’ai bien entendu beaucoup d’informations sur mes ordinateurs concernant mes véhicules et y avoir accès depuis le garage est un gros plus! Cet accès Internet permet de faire passer la facture du câble électrique.

Ayant mon propre courant, je pouvais donc mettre un déshumidificateur, réglé sur 50%. ici, avec 25°C de moyenne annuelle dans le garage, les moisissures se développent et les outils rouillent déjà avec 65%. C’était devenu un très gros problème depuis 2 ans. Les soucis ont disparus très vite après la mise en route de l’appareil.

– Maçons pour le mur et plafond: 925 euros;
– Electriciens et câble: 1.260 euros;
– Maçons pour le câble électrique: 300 euros;
– Kit CPL Devolo: 100 euros avec port;
– Déshumidificateur DeLonghi DDS25: 306 euros avec port;
– Peinture, 4 ventilateurs, tubes PVC, interrupteurs et divers: 400 euros?
Total: environ 3.291 euros sans compter mes jours de travail!

Voici une galerie de 11 photos de ces travaux:

Murs 12-02-2017

 

Une petite galerie complémentaire de 4 photos une fois les travaux achevés:

Garage 12-02-2017

 

3 – Mes outils:

L’outillage est aussi important que le local, pour bien travailler sur un véhicule. Au fil des années, j’ai complété et rénové ma « trousse »… C’est tellement agréable de ne pas avoir à courir au magasin dès qu’une vis spéciale se présente, de pouvoir percer facilement tous les matériaux, de mener à bien l’activité de mécanique sans se prendre la tête.

Cette galerie de 27 photos vous présente l’essentiel de mon outillage:

Outils 12-02-2017

 

4 – Detailling:

Le detailling est un mot anglais qui signifie traitement et protection de la voiture: carrosserie et intérieur, donc peinture, métaux, cuirs, plastiques… Cela comprend les méthodes particulières et les produits tels lustrants, clay, polish, cires, micro-fibres, etc. Ce n’est pas forcément la « meilleure » marque, mais j’utilise essentiellement les produits Meguiar’s, avec satisfaction depuis plus de 2 ans.

Leur micro-fibre « magnétique » pour sécher la voiture après lavage est vraiment magique, mais aussi leur pulvérisateur « Lavage sans eau »! Il me permet de nettoyer les principales salissures après chaque balade, juste avec une micro-fibre et ce pulvérisateur.

Le temps passé à laver et traiter la voiture avec les méthodes « detailling », je le rattrape largement après, lorsqu’il s’agit de décoller les insectes. Ils ne collent plus, tout simplement! Et la peinture reste en meilleure état: beaucoup moins de micro-rayures. Les lavages entre 2 applications cires deviennent une simple formalité.

Je ne cire mes voitures qu’une fois tous les 3 ou 4 lavages, ce qui représente tout de même 3 à 5.000km.

Quelques photos de mes produits detailling:

Detailling 12-02-2017

 

Conclusion:

Avoir un garage bien conçu, bien organisé et bien équipé est un rêve pour tout mécano amateur. J’ai réalisé ce rêve à l’âge de 52 ans et j’ai dû me battre, être patient, investir, travailler sur certains points durant des jours… Et maintenant: espace, lumière, clarté, ventilation, Internet, pont élévateur, outils, propreté, rangement…quel plaisir d’y travailler! Mais tout cela ne serait rien sans un savoir-faire mécanique et le « courage » de travailler sur des voitures coûteuses et encore sous garantie…

En 2009, j’avais démontré qu’on pouvait effectuer de gros travaux mécaniques dans un simple garage commun non clos, en modifiant ma BMW 135i biturbo de l’époque: auto-bloquant, intercooler, radiateur d’huile, roues, suspensions, boitier ECU, échappement, filtre à air, valves de décharge, siège baquet, harnais 4 points, etc.

Par la suite, j’ai diminué l’importance des modifications apportées à mes voitures: ressorts courts sur Porsche Cayman puis Mazda MX-5, décoration extérieure et grilles maison sur Cayman, purge/vidange freins, vidanges régulière, entretien courant, plaquettes de freins, etc.

Outre la satisfaction de faire le travail soit-même et l’économie sur le moment (non avérée au final si on tient compte des investissements?), j’apprécie aussi le travail bien fait et j’évite les erreurs commises par les mécanos pros (souvent pressés, pas toujours concentrés). Tiens, cela me donne des idées pour un futur article: anecdotes sur les nombreuses erreurs commises par les pros. 🙂 Je fais aussi des erreurs, mais comme je vérifie plusieurs fois, je m’en rends compte en général avant de rouler.

— Article #D1# —

3 commentaires sur “Garage, outils, pont élévateur…

Laisser un commentaire et/ou s'abonner (tutoiement recommandé)