Kit ressorts Eibach sur MX-5 ND: impressions à la conduite

J’ai installé le kit ressorts courts Eibach USA (-2 cm) moi-même sur ma Mazda MX-5 le 9 Octobre 2016 (voir le CR ici)…

Le jour même, je suis allé tester ça en montagne sur une centaine de kilomètres et voici mes impressions « en direct »…

Aie! La voiture sautille beaucoup, est inconfortable et a une tenue de route déplorable!
Elle ripe sur les bosses, jusqu’à parfois faire crisser un pneu arrière sur une légère accélération en courbe. Si on la met bien en appui en courbe, elle oscille sur ses appuis, même sur bonne route!

Aie-aie-aie! Grosse déception!
Ce kit ne serait-il pas aussi super que ne le disent les américains sur le forum Miata.net?!
Problème sur mes ressorts en particulier ou au montage?!
La géométrie non réalisée après montage ne peut pas expliquer ce comportement.
Les détracteurs des ressorts courts rigolent déjà derrière leur écran! 🙂

Puis il me vient à l’idée ce qui m’était arrivé lors du montage (par un super pro) des suspensions Ohlins TTX GP sur ma Yamaha R1 « 2015 » en juin 2016: le lendemain, j’ai roulé sur piste à Barcelona Castelloli (circuit bosselé) et j’ai trouvé la moto sautillante et comme sans amortisseur arrière … lors de la première session de piste. Puis pause 30mn et là, la moto était bien mieux, jusqu’à devenir rapidement super bien amortie!

J’ai donc espoir qu’il en soit ainsi avec la MX… Effectivement, il me semble que cela va un peu mieux, mais il est temps de me garer. Je compte faire une petite balade à pied, après ce dimanche passé au garage à bricoler.

Environ 45mn plus tard, je reprends la route… et là, c’est la révélation, le soulagement, l’étonnement, la joie! 🙂
La voiture a retrouvé une tenue de route correcte et un confort digne de ce nom. Il me semble même qu’elle est aussi confortable voire plus que d’origine… Elle prend moins de roulis en courbe… En arrivant vers chez moi (donc 100km après installation des ressorts), je trouve qu’elle est vraiment bien!

Je rentre donc à la maison rassuré. Ouf!


Le lendemain (10/10/2016), je reprends les essais…

Ce lundi matin, je me lève à 4h30 (!) du matin pour en avoir le cœur net!!! Je vais encore une fois sur mes routes « de référence », que je connais sur le bout des doigts mais qui sont parmi les plus belles du monde pour une conduite sportive et pour tester tous les aspects d’un bolide, un peu à l’instar de la boucle Nord du Nurburgring. Environ 200 km aller-retour, de nuit. L’idéal pour tester une voiture.

Franchement, je ne sais pas comment commencer à vous expliquer ce que j’ai vécu!!!
Certains vont penser que j’exagère?!
Bon, enfin, il parait que je suis doué pour écrire ce que je ressens, alors c’est parti!

La Mazda MX-5 ND 2.0L est tout simplement transfigurée, magnifiée, méconnaissable avec ce kit ressorts Eibach sur les Bilstein Sport d’origine!

Le confort est NETTEMENT amélioré et la tenue de route est impériale! Rien à voir avec l’origine. Au début, je suis moi-même incrédule, je me frotte les yeux: je rêve et vais me réveiller dans mon lit? Je prends peu-à-peu en mains cette « nouvelle » voiture, qui n’a plus grand chose à voir avec celle de samedi… Après environ 15km, me voici au début de ma route de test: la montée Granadilla-Vilaflor par le lieu-dit La Martela.

Déjà dans la partie basse, la Miata passe comme une fleur sur les boursoufflures de l’asphalte causées par les racines d’Eucalyptus. D’origine, elle ne passait pas mieux ni pire que le Boxster 981 GTS: sautant bien et me faisant réduire la vitesse et rentrer un ou 2 rapports dans les courbes jonchées de ces vilaines bosses. Mais à présent, les amortisseurs de jouent de ces défauts de la route et je n’ai plus besoin de ralentir! Le pilote ressent bien entendu la route, mais la voiture ne saute plus, ne « tape » plus et passe comme sur un rail. Qui a raboté les bosses de 70% cette nuit?! :)

Puis vient la partie lisse comme un billard et plus viroleuse. La Mazda prend nettement moins de roulis qu’avant, plonge moins au freinage, cabre moins à l’accélération et accepte les défauts de la route sans broncher même en courbe. L’équilibre de l’auto est parfait. Avant, en forçant un peu, la voiture prenait trop de gîte et passé ce cap, il fallait rendre la main en virage sous peine d’élargir la trajectoire, de glisser et de se sentir frustré par le débordement du châssis. A présent, ce cap semble avoir disparu! Je n’ai encore pas testé « le maxi-maxi » mais l’usage sportif « normal » est déjà de haut niveau.

Au fur et à mesure que je prends conscience des améliorations de la voiture et confirme que tout va bien, je passe plus vite en courbe. L’auto passe bien plus vite qu’avant le montage des nouveaux ressorts! C’est simple, je passe avec un voire 2 rapports de plus dans tous les virages!!!! Du jamais vu pour moi.

A présent que j’ai la « nouvelle » voiture en main, elle devient hallucinante à piloter en courbe: je passe plus vite mais la voiture reste impériale et bien loin de sa limite. Elle enroule les virages de tout type avec une aisance impressionnante! (Petit rappel nécessaire ici: j’ai 52 ans et une bonne expérience des voitures et motos sportives, sur piste et route avec environ 25 jours de piste/an depuis quelques années).

On dirait que les suspensions alliées au poids réduit de la Mazda ont atteint une perfection et un miracle très rare à obtenir en matière automobile. Je comprends à présent les commentaires élogieux sur Miata.net!

C’est simple, la différence est si grande entre samedi et aujourd’hui que je ne reconnais plus la route, parfois! Mais qui a réduit le rayon de cette courbe? Mais où est donc passée la courbe à droite un peu délicate et bosselée? Ah! mais je suis déjà là?! Le paysage défile et la nuit augmente évidemment cette perte de mes repères. Je viens pourtant de parcourir 4.000 km en 3 semaines ici et souvent de nuit aussi. C’est réellement le rythme plus rapide de l’auto en courbe, en toute décontraction, qui bouscule mes repères.

Si le virage se resserre un peu plus que prévu, il est facile de corriger, voire de reprendre la corde, là où avant, c’était vite délicat car on arrivait alors à ce « cap » dont je parle plus haut. Des cailloux en plein milieu de la trajectoire? Pas de soucis: un petit coup de volant et « recalcul d’une nouvelle trajectoire » (clin d’œil aux navigateurs GPS). Les pneus ne crissent pas ou peu.

Donc voilà, je passe plus vite en courbe, freine moins, rétrograde moins… au final, je consomme encore moins d’essence!

6h10 du matin. Il est temps de faire demi-tour et de repartir dans le sens inverse, pour cette centaine de kilomètres. Tout le retour se passe dans la même ambiance féérique: mais quelle tenue de route magistrale et quel confort!

A Tenerife sur la route principale du Teide, il y a plusieurs dizaines de kilomètres où la route est striée de cassures perpendiculaires au sens de la marche, comme s’il s’agissait de racines (mais en fait, c’est le gel, les bus, le terrain volcanique) [Note 21/9/17: cette route vient d’être refaite]. C’est très désagréable avec une voiture ou moto. Et bien ma petite rouge me fait moins ressentir les chocs dans l’habitacle. Il y a un petit côté « doux » dans l’amortissement des chocs et le pilote déteste moins cette portion de route.

Je pense à cet instant qu’en rallye régional, cette voiture serait loin d’être ridicule sur les parties très sinueuses! Je comprends à présent cette vidéo d’un gars qui « envoyait sévère » sur la boucle du Nurburgring: si déjà la mienne se comporte bien avec une seule modif…! Je regarde les étoiles qui décorent mon toit (je roule décapoté malgré les 21° à 4°C de ce matin selon l’altitude). La vie apporte parfois de sacrées surprises!

Je précise quand même que je parle ici de vitesses « raisonnables » (0 – 150 km/h). Au-dessus, la MX n’est plus tant à son aise, de part son empattement et sa philosophie, là où une Porsche est impériale. Rendons à César… ;)

Les grandes courbes en descente, freinage ou pas en début de courbe, sont avalées là aussi avec facilité. Si on force un peu sur le freinage en entrée pour tester sur des raccords, elle ne talonne pas. Ce kit est encore plus réussi que le H&R -3cm de mon ex Cayman S 987II (2012). J’en étais content, mais c’était plus « normal » (par ex., la voiture renâclait un peu dans certaines entrées de courbe sur les freins, talonnant sans doute sur les butées Avant) mais elle était en outre beaucoup moins confortable et de loin! Sur ces mêmes routes (ou meilleures, car 4 ans plus tôt et pas refaites depuis), le Cayman S « tapait » sur les bosses et les passages « bosses parallèles » faisaient un peur pour l’assemblage du tableau de bord…

J’enroule ma descente de Granadilla en 4e ou 5e ou 6e! Du jamais fait!

Je repose la voiture au garage vers 7h45 du matin. Le jour se lève tout juste. Bien entendu, j’ai le sourire! Voiture TRANSFIGURÉE par les ressorts Eibach Pro Kit USA -2cm!

 

Mx5 Guamaso

 

Comment-est possible?

Je suppose que les amortisseurs Bilstein sont excellents tels que livrés avec le Pack Sport Mazda de la MX-5 ND mais qu’ils sont « gâchés » par des ressorts trop souples, inadaptés avec l’hydraulique plus ferme et « sérieux » des Bilstein. Probablement que cela induit un inconfort parce que sur une succession de bosses, la voiture s’affaisse (ressorts souples) mais n’a pas le temps de remonter avant la bosse suivante (hydraulique lente trop ferme pour les ressorts d’origine).

Le même phénomène se produit en courbe, prise de roulis aidé par des bosses et le côté de l’auto en appui n’a pas le temps de se redresser entre 2 bosses.

De toutes manières, les ressorts d’origine sont bien fluets (moins de spires à l’arrière et 64% plus légers à l’avant).

On peut considérer aussi que la barre de torsion Avant est trop grosse pour les ressorts d’origine, à voir son diamètre et le comportement avant/après montage des nouveaux ressorts.

 

Pourquoi ce « ratage » d’origine?

Mystère! Quelqu’un écrivait sur un forum l’autre jour que hydraulique dure avec ressorts souples donne la fausse impression de conduire une voiture « très sportive » car elle réagit sèchement sur les bosses. Le conducteur lambda associe en effet souvent « voiture dure » avec « super sportive efficace », ce qui n’est pourtant pas une vérité, notamment sur routes ouvertes.
Je crois que ces ressorts sont les mêmes que ceux des amortisseurs non Bilstein que Mazda monte sur son modèle « non sport »…sans doute une erreur.
Précisons quand même que la voiture d’origine n’est pas inconduisible et que le style Miata « dolce vita » ne prêche pas efficacité à outrance.

 

Amortisseurs Ohlins encore mieux?

Etant donné les résultats de haut vol obtenus par Bilstein + Eibach Pro Kit USA, je doute qu’Ohlins puisse faire encore mieux! Mais connaissant bien la marque à moto, je ne serais pas étonné qu’ils parviennent à encore un petit plus de moelleux sur routes dégradées. Toutefois le prix des Ohlins (2.700 euros?) n’a rien à voir avec un kit ressorts (180 à 320 euros, livrés).

 

Et maintenant?

J’insiste (encore!) sur le fait que le mix combinés/ressorts est tellement réussi que je recommande fortement à tous les possesseurs de MX-5 ND 2.0L Sport à faire monter les ressorts Eibach Pro Kit USA -2cm. Allez-y les yeux fermés!
Aucun soucis de garde au sol avec ce rabaissement très modéré, confort incomparable et surtout tenue de route magnifiée!!!
(pour ceux qui ont une 1,5L ou une 2.0 sans les Bilstein, je ne sais pas, n’ayant pas testé. Selon le forum Miata.net, ce n’est pas mal du tout)

 

Et si cette nouvelle configuration était un non sens pour moi?

Aie! La vie n’est pas simple! J’aurais pu éviter ce chapitre en me la jouant très « tout est parfait » mais vous me connaissez, je suis honnête et ne cache rien.
Je suis passé d’une Porsche à cette MX pour « calmer le jeu » et j’écrivais il y a quelques semaines que la Miata m’apportait un grand plaisir même à des vitesses raisonnables, là où la Porsche me criait « passe plus vite » dans toutes les courbes! Et voici maintenant que la MX est suspectée de passer plus vite en courbe que la Porsche!

C’est en effet une composante à priori « non désirée » mais la contre-partie est un meilleur confort (c’est chouette au jour-le-jour, quoi qu’on en dise), une meilleure sécurité (courbes, freinages, routes dégradées) et la disparition de ce cap « je tangue trop, je lâche prise » peu agréable quand on est pilote sportif comme moi (on ne se refait pas).

Et puis, de la Miata d’origine, il reste ce petit habitacle et cette vision de la route « de prêt » qui donnent une impression de vitesse, le pare-brise proche des occupants augmentant les sensations visuelles, le moteur super cool « à la demande » (bruit, souplesse, douceur, couple par rapport au poids de l’auto) et le côté économe (essence, pneus, freins, prix d’achat), la possibilité de se garer facilement partout (tourne dans un mouchoir, garde au sol généreuse, excellente vision à 360° décapoté), etc. Bref, cela reste une auto bien plus « reposante » et « raisonnable » au quotidien qu’une Porsche 981 GTS.

Seul l’avenir (1) nous dira comment je vivrai cette nouvelle version de ma MX-5… Il faudra aussi je passe au rayon géométrie des trains roulants et choisisse mon setting, d’ici une ou deux semaines. Cela peut encore modifier légèrement son comportement… Je vous tiendrai informés. :)

Ah! Une dernière chose: il faut maintenant arrêter d’employer le terme « ressorts courts » pour ce kit. C’est tout simplement un kit de ressorts étudié pour parfaire la MX-ND. Peu de rabaissement, mais comportement énormément amélioré!

 

(1): Au 21/9/2017, je peux dire que ce kit n’a pratiquement pas perturbé ma tendance à rouler cool avec la Mazda. Alors oui, je roule un peu plus sportivement en courbe, mais dans l’ensemble j’arrive à respecter mon souhait de rouler moins « fort » et je n’ai d’ailleurs pas eu de soucis avec les forces de l’ordre depuis.

Ayant fait l’acquisition depuis d’une Corvette C7 (en Déc. 2016) au châssis très aiguisé, je trouve que les 2 voitures sont très complémentaires et la MX-5 ainsi modifiée offre une rigueur de comportement qui tranche moins avec mon autre sportive.


Pour compléter, je mets ici l’avis d’un possesseur de MX-5 (alias MX-5 84) sur le forum mx5france.com (3/11/2016):

Voila, je suis comme Olivier ravi, j’ai une nouvelle voiture, si ça peut donner l’envie à d’autre de sauter le pas. C’est cher, certes à cause de la main d’œuvre, mais perso je n’avais ni les compétences, ni le matériel, ni l’espace.
Je ne regrette vraiment pas. C’était le seul VRAI défaut que je trouvais à cette fantastique voiture. Non que le comportement en virage était mauvais, mais pas agréable avec un mauvais ressenti de la route et de l’accroche de la voiture.

Ah une dernière précision le confort/amortissement ne s’en ressent absolument pas, les trous, bosses dos d’ânes passent pareil, ils faut simplement passer + lentement pour éviter à la descente du dos d’âne que les amortisseurs ne s’écrasent trop et que la lame aérodynamique en plastique sous la voiture (mise si installation du spoiler Mazda) ne touche la route.


Mon avis sur la garde au sol de la MX-5 avec le kit ressorts Eibach US:

La garde au sol reste importante. Je peux me garer en montagne au bord de la route avec un « escalier » conséquent sans soucis. Mais si on a un garage à l’accès très compliqué, c’est une autre histoire. Le mien n’est pas top et je touchais avec mes Porsche, mais plus en Mazda, même rabaissée, sauf si je passe trop vite (compression des suspensions).

Je passe même les gros ralentisseurs en 3e, à 1.500 tr/mn. Sans soucis.

 

Lisez l’article suivant: « Géométrie châssis le 22-10-2016« .

— Article #M13# —

Laisser un commentaire et/ou s'abonner (tutoiement recommandé)